La Brasserie
 

La Fureur de Vivre : expo 2014

Programmation à La Brasserie :

l'écriture des choses


Des actions diverses sur le thème de la nature sont initiées pour créer des échanges avec le public et les artistes des arts plastiques, de l'écriture et de la performance :

- Le comédien Jacques Bonnaffé sera l'invité exceptionnel de La Brasserie, le 1er mai à 11 h, pour un court spectacle.

Des événements s'ajoutent en partenariat avec l'association les Colères du Présent :

- Raphaëlle Delaunay présente une performance dansée en solo le 29 avril à 15 h.

- En lien avec l'exposition, la série Cultures de Maureen Ragoucy, portraits réalisés dans des jardins ouvriers de la région, est exposée sur le Salon du Livre d'Arras.

- Michel Lecorre, auteur en résidence à La Brasserie, fait appel au public en évoquant les quatre éléments.
Ses cahiers d'écriture, circulant autour de La Brasserie,
vous invitent à décrire votre relation avec la nature.

En classe il animera des ateliers avec les écoliers du RPI.
RDV à la médiathèque de Bucquoy le 19 mai à 10 h
puis à La Brasserie de 18h à 20h pour la nuit des musées.

Les collégiens de Pas-en-Artois, incités à interpréter le paysage, en ateliers avec l'auteur, verront leurs travaux restitués à La Brasserie, le 31 mai. A bientôt ici ou là !

Visites-médiations : du 29 avril au 3 juin les week-ends et jours fériés, de 11 h à 18 h.
La Brasserie – 5, rue Basse, 62111 Foncquevillers – www.artbrasserie.com

département pas de calais

Exposition Hors-Champs
pratiques et perspectives
du 29.04 au 03.06. 2018


 

La Brasserie envisage de sensibiliser le public au paysage qui nous entoure, et l'invite à une réflexion sur la relation de contrôle qu'entretient la civilisation contemporaine avec la nature végétale et animale. L'exposition Hors-Champs souligne notre lien avec cette nature réelle ou imaginaire.

Le hors-champ photographique est ce qui échappe à l'espace, au temps et au contexte.
A travers la photographie, le dessin, la vidéo ou la performance, les artistes suggèrent leurs points de vue entre la représentation, le réel et notre contemporanéité. Ils tentent de saisir les facettes multiples d'un paysage, s'interrogent sur les pratiques et les perspectives.

Qu'en est-il de notre relation à la nature
à présent ?
Les oeuvres dévoilent divers aspects de nos campagnes. L'absence de relief, un panorama de champs sans bornes, des indices de prairies, de bosquets, de fossés, et des traces de guerres, nous donnent la physionomie des lieux dans l'environnement de La Brasserie. Les artistes évoquent l'exploitation industrielle des ressources, et les métamorphoses des paysages qui en découlent. La photographie fixe le temps, elle est aussi le témoin des mutations.

Les photographies de Thibaut Cuisset révèlent un travail réalisé avec rigueur et passion. Il dévoile un paysage en perte de repères qu'il relie au Dépaysement de Jean-Christophe Bailly, et évoque le bouleversement intérieur du spectateur devant le paysage, fixé dans un temps suspendu.

Bure ou la Vie dans les Bois, la série inédite de Jürgen Nefzger, met en évidence la défense de la nature, la contestation et l'expérience d'une vie simple en accord avec soi-même, comme l'a décrit le philosophe Henry David Thoreau au bord de l'étang de Walden, en 1854. Ici, la solitude, l'utopie sont partagées par un groupe qui lutte contre l'enfouissement des déchets radioactifs.

La Fabrique du pré, série de Cyrille Weiner relate la re-naissance d'un espace oublié, martyrisé, devenu friche abandonnée. L'homme et la terre sont au centre des préoccupations de l'artiste qui nous fait découvrir à travers des gestes quotidiens un mode de vie profondément poétique faisant l'éloge de l'ordinaire en référence au passé du monde paysan.

Une série de photographies personnelles de
Kate Barry
est confiée ici. Elles évoquent les pensées de la photographe, partie si vite, son regard face à la temporalité des choses,
«des choses de l'ordinaire» écrit-elle, ce presque rien qui pourtant nous émerveille.

L'installation de cartes topographiques interprétées par Léonard Andersen met en évidence les empreintes de l'Histoire et compare l'activité passée à l'activité actuelle.
À l'aide de photos, croquis et notes… il questionne le devenir de nos paysages.

Nous ne sommes pas, la vidéo de Sophie Laly nous appelle à la contemplation lente, un soir d'été dans une campagne familière. L'artiste nous immerge dans un univers singulier et mystérieux, ce travail explore poétiquement l'écoulement du temps.

Gwenaëlle Rebillard utilise la marche
comme objet premier d'expérimentation.
Sa performance filmée nous attire dans les hautes herbes. Avec son corps, elle trace minutieusement des lettres pour écrire le mot 
P. A. Y. S. A. G. E. Le rapport du corps immergé dans cette végétation évoque notre lien profond avec la nature.

La vidéo Symbiosis de Mary Zygouri dévoile la performance de l'artiste au sein d'un poulailler. L'élevage animal incarne-t-il un paradis perdu ou l'enfer sur Terre ?
Car sur la Terre, il y a violence sur l'homme comme sur l'animal et le végétal.

Les oiseaux sauvages sont présents aussi avec le musée des Beaux-Arts d'Arras qui confie deux spécimens de hiboux issus de leur collection. Un dialogue s'installe entre l'exposition À corps perdus, au musée d'Arras, et les pièces confiées à La Brasserie pour l'exposition Hors-Champs.


La Brasserie
5 rue Basse, 62111 Foncquevillers
samedi & dimanche, de 11 h à 18 h
entrée libre
Tél. : +33 6 87 91 57 82
vdamagnez@artbrasserie.com

Toutes les news sur
 Facebook | La brasserie

Cette édition a été conçue et réalisée par La Brasserie avec le soutien du Conseil Départemental du Pas-de-Calais, du Conseil régional des Hauts-de-France, du ministère de la Culture-Direction Régionale des Affaires culturelles (DRAC), de la commune de Foncquevillers, du musée des Beaux-Arts d'Arras, et l'association Colères du Présent. Courtesy Camille Cuisset et Galerie Les Filles du Calvaire, et merci à Renate Gallois Montbrun & Guillaume Fabiani.